LA GUAJIRA / CABO DE LA VELA

Après Tayrona, nouvelle destination… Cabo de la Vela. Un tout petit village dans le département de la Guajira au Nord-Est de la Colombie, en plein milieu du désert. Un endroit rural et venteux du matin au soir, le spot privilégié des kite-surfeurs et la terre natale des Wayuus.

Seul un 4×4 peut vous amener à Cabo. Nous avons mis environ 3h en partant de Riohacha, sachant que nous nous sommes arrêtés pour déjeuner. Sur le chemin, la session essence s’est avérée très instructive*. Les Vénézuéliens sont les rois du pétrole ! Étant donné la crise économique dramatique que traverse le pays, certains Vénézuéliens franchissent la frontière pour vendre leur essence et développent un marché noir en Colombie. Ces « stations » sont un tantinet différentes de ce à quoi on est habitué, pour le plaisir, je vous ai mis une photo à la pompe à pétrole locale. Le trajet de Riohacha à Cabo revient + ou – à 50000 cop, on s’est fait avoir comme des bleus, nous avons payé beaucoup plus que le prix initial, soit 110000cop.

Les Wayuus ont tous les droits sur leur territoire, souvent par deux, ils sont postés à divers endroits tout au long du trajet et profitent du tourisme pour faire payer aux voitures un droit de passage. Le plus étonnant est que dès le plus jeune âge, bébé Wayuu a le sens du business, à peine 4 ans et encore au biberon, il est déjà aux commandes de son propre péage. Cependant, les chauffeurs qui connaissent bien ces abus, appuient sur l’accélérateur pour franchir le barrage et forcer le gamin à lâcher la corde, une situation qui m’a presque valu un infarctus.

Même si j’avais « googlelé » ce lieu, la surprise en arrivant sur place a été totale. La chaleur, le soleil, le vent, la poussière de sable, les couleurs, les routes désertiques, les huttes, tous ces éléments réunis rendent l’atmosphère inhabituelle et étrange. L’endroit est si rural que ça en est surprenant voire surréaliste, je ne m’étais jamais retrouvée dans un décor pareil auparavant, quelle expérience !! Fabuleuse !!

Où dormir : On dort sur la plage, dans des huttes et dans des hamacs. Nous logions à Apalanchii qui est apparemment l’hôtel « 5 étoiles » du village pour 15000cop/nuit (vous pouvez trouver moins cher) et une pièce à notre disposition pour stocker nos affaires en toute sécurité. La nourriture de l’hôtel était très bonne et fraîche. Je recommande aussi l’école de kite, Kite Addict où l’ambiance est plus festive et où vous pouvez dormir.

Tous les hôtels offrent le choix de dormir dans une cabine, 35000cop (10€), un hamac +- 15000cop (4.5€) ou un chinchorro* 20000cop (6€) qui est le hamac de luxe, il est en filet, tissé à la main et plus large. J’ai testé les deux et franchement, je n’ai pas de préférence, j’ai aussi bien dormi dans l’un que dans l’autre.

Quoi faire :

Louer un équipement et faire du kitesurf ou prendre des leçons pour s’y mettre. (Marko une petite pensée t’est exclusivement dédiée).

Monter el Pilón de Azúcar. La plupart des touristes y vont en moto-taxi, mais en vraie baroudeuse, j’ai voulu y aller à pied et j’ai traversé le désert pendant 1heure environ et franchement je le referais s’en hésiter.

Aller voir le coucher du soleil et prévoir une lampe torche pour le retour.

Un jour une nuit à Punta Gallina. (vous aurez toutes les explications et les photos ici bientôt).

Je peux dire que je suis chanceuse d’avoir connu ce lieu dans son authenticité, avant qu’il ne passe entre les mains d’investisseurs potentiels, ce qui ne devrait pas tarder puisqu’une route est en construction pour permettre d’accéder au village plus facilement. Je pense que dans un futur proche, des hôtels, restaurants, boutiques, clubs vont s’implanter et transformer ce qui fait la beauté et le charme de Cabo.

Si c’est la paix que vous cherchez, La Guajira est « the place to go » en tout cas pur le moment. À éviter néanmoins d’y aller pendant les fêtes de Pâques, Décembre et Janvier.

cabo
Marais salant
cabo
Station essence locale
cabo
Cabo de la Vela

cabocabo  cabo  cabocabocabocabo cabo cabocabo cabo cabocabo cabocabo cabo cabo cabo caboIl n’y a aucune distraction de notre monde, la nature est le seul délassement. Ce fût pour moi un voyage « éco-thérapeutique », une desintox de notre monde contemporain. Ce séjour s’est avéré être une expérience inédite et restera inoubliable. Je recommande absolument.

À savoir : À la Guajira il n’y a ni internet, ni distributeur d’argent.  La plupart des hôtels ne prennent pas la carte bancaire. Le seul et unique réseau téléphonique que l’on capte est Claro. Le village se fournit en électricité avec un groupe électrogène qu’ils éteignent la journée. Dans mon hôtel, il est préférable de commander son repas à l’avance pour être certain de manger ce que vous voudrez. Voyager le plus léger possible, ne prenez pas de vêtements blancs et n’oubliez pas la crème solaire. Si jamais vous en avez marre du poisson, de la friture, du riz, des oeufs, sachez qu’il y a un commerce où seuls salades de fruits et jus sont à la carte, Halleluhia !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s