UNE SEMAINE UN LIVRE

Virginie Despentes : Vernon Subutex.

Huitième livre du défi une semaine / un livre

Ce dimanche, je partage le livre de la très populaire Virginie Despentes. L’écrivain de ‘Les jolies choses’ qui a été joué par Marion Cotillard au cinéma et de ‘Bye bye Blondie’, également adapté à l’écran, l’auteur de ‘Apocalypse bébé’ qui lui a valu le prix Renaudot et la femme à l’origine de bien d’autres romans à succès.

L’histoire du livre de la semaine, tourne autour de Vernon Subutex, un disquaire Parisien, quadragénaire, un homme contraint à fermer sa boutique à cause du secteur du disque en crise et de la dématérialisation de la musique. Vernon n’a plus un rond, se retrouve au RSA et finit par perdre son appartement. Désormais, il vit sa vie sans ne jamais savoir où il sera le lendemain et devra sauter sur chaque opportunité d’être hébergé pour ne pas dormir dans la rue. Sa dé­ambulation au jour le jour deviendra le fil conducteur du roman. À travers les mésaventures du héros, différents personnages viennent alimenter notre lecture. Nous entrons alors dans l’intimité de ses connaissances, des individus tous cyniques, désabusés, bourrés de vices, névrosés, avec une vie tumultueuse et des problèmes qui dépeignent notre société contemporaine. Vernon passe à travers les mailles du filet, il traverse et côtoie ses gens sans ne jamais être contaminé par leur désillusion, leur déboire et leur envie de pouvoir et de gloire. Ici, ce qui est étrange, c’est que malgré le désastre personnel que traverse le héros, pas une seule seconde je me suis prise d’empathie pour lui, je ne l’ai plaint ou un soupçon de compassion, sans doute parce que, si on développe la compréhension du livre dans le fond, le personnage principal, il n’insuffle pas la pitié mais incarne plutôt la pureté, la simplicité et l’espoir d’un retour à un monde meilleur.

Une semaine un livreCe livre est comme une chanson, plus on avance dans la lecture, plus le récit prend de la force. il commence ‘gentiment’ et petit à petit se remplume. Virginie Despentes n’a pas sa langue dans sa poche. Comme à son habitude elle a opté pour une plume totalement déliée. Ce tome 1 est roman noir, actuel, moderne, rythmé par de multiples références, dont je suis certaines que tous les fanatiques de rock & roll se délecteront qu’elles soient mentionnées. ‘Sex, drugs and rock’n roll’ représente tout aussi bien l’énergie rock des années 80 que la fibre de ce livre. La première partie a éveillé dans mon imaginaire tout un tas de photos trash et cool, arrivée au 2/3 du livre, j’ai décroché légèrement, je commençais à m’ennuyer un peu mais ce sentiment n’a pas duré… j’ai beaucoup aimé ce livre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s